Estimation du prix des obsèques dans votre ville

L’aquamation : une alternative à la crémation

Aujourd’hui, la crémation s’est largement démocratisée en France. Elle est perçue comme une solution plus écologique que l’inhumation dans le sens où la crémation permet de gagner de la place dans les cimetières et cela permet d’éviter les problèmes de contamination de nappes. Néanmoins,  la crémation rejette des gaz à effet de serre et la plupart des crématoriums ne sont pas encore équipés en filtre. L’aquamation serait donc une alternative à la crémation beaucoup plus écologique.

En quoi consiste l’aquamation ?

Il s’agit d’une pratique funéraire consistant à immerger le corps du défunt dans de l’eau chauffée à 93 ° agitée et comportant des agents qui ont pour but de faciliter la décomposition des chairs et ce en 3-4 heures. Les os deviennent des résidus floconneux ou restent friables. Ainsi la cendre est récupérée et placée dans une urne funéraire qui est remise à la famille de la même façon que pour la crémation.

 

Une méthode plus écologique

Cette méthode est plus écologique, naturelle et éthique que la crémation. Grâce à l’aquamation, les 180 kilos que rejettent environ un four de crématorium n’existeraient plus puisque ce procédé permet de ne rejeter aucune particule et d’utiliser dix fois moins d’énergie. L’eau utilisée pour l’aquamation est ensuite réutilisée comme engrais qui se veut très fertilisant.

A l’origine cette méthode était pratiquée dans les abattoirs afin de se débarrasser des restes des animaux et d’éviter les risques de contamination, on y a notamment eu recours durant la période de la vache folle.

Si cette méthode semble en tout point une très bonne alternative, elle n’est pas encore autorisée en France, elle se développe en Australie et est légalisée dans sept Etats aux Etats-Unis.

 

 

haut de page Revenir en haut de la page