Estimation du prix des obsèques dans votre ville

L’entretien des tombes : une obligation morale et civique

Dans la majorité des cas, l’entretien de la tombe est assuré par les proches du défunt. Chaque visite est l’occasion de montrer son affection et son attachement à la mémoire du disparu mais aussi d’embellir le monument funéraire en nettoyant la tombe ou en changeant les fleurs.

Toutefois, en raison de la diversité des monuments funéraires et des types de pierre, il est parfois nécessaire de faire appel à des prestataires. En effet, il ne faut pas oublier que la durée de vie d’une tombe dépend de son entretien régulier. Ainsi, il est parfois nécessaire de procéder à un nettoyage fréquent de la tombe pour contrarier la pousse de mousses ou de champignons. Mais aussi d’empêcher à ce que des tâches ou traces s’incrustent en profondeur dans la pierre.

Ainsi, cet acte peut être considéré comme un devoir moral et traditionnel. De plus, de par la loi, il s’agit aussi d’une obligation civique.

En effet, un monument funéraire est considéré comme une propriété privée. Par conséquent, le concessionnaire a des obligations légales qu’il est tenu de respecter. Si ce n’est pas le cas, des sanctions pénales peuvent être prononcées le cas échéant.

Ainsi, le concessionnaire, descendant ou successeur, hérite des droits d’usage liés à la sépulture. Dans ce cadre, il est donc tenu d’en assurer un entretien régulier. Cependant, cet entretien doit se faire en respectant le règlement intérieur du cimetière.

Dans le cas où l’état d’abandon est constaté, la mairie peut prendre contact avec la famille du défunt pour les informer de son état ou exiger d’elle, l’entretien de la tombe. Si aucune initiative n’a été constatée par les autorités, une procédure de reprise peut être effectuée.

 

 

haut de page Revenir en haut de la page