Estimation du prix des obsèques dans votre ville calcul

Engouement pour les selfies funéraires à Québec

Face à la montée en puissance des selfies funéraires à travers le monde et leur récente apparition au Québec, la corporation des thanatologues souhaite une réglementation afin de limiter les abus.

Prendre un selfie est devenu si banal que certaines personnes se mettent en situation de risque pour prendre la photo parfaite. Parfois elles en perdent la vie.

selfie-funeraire

Les selfies, un acte banal de la vie quotidienne.

Les selfies apparus il y a quelques années, font désormais partie de la vie quotidienne. Chaque individu souhaite partager les moments qui comptent dans sa vie et cette pratique touche désormais naturellement le domaine de la mort.

A l’inverse des Etats-Unis, certains pays comme la France ou l’Europe sont moins touchés par cette pratique.

Le Québec, ou l’apparition de photos funéraires est arrivée depuis peu, tire le signal d’alarme. Danny Gallant qui dirige le centre funéraire « Côté-des-Neiges », constate qu’une personne sur deux tente de se prendre en photo durant les obsèques.

A l’heure actuelle bien qu’aucune plainte n’ait été enregistrée, Patrice Chavegros, le vice-président de Vente & Services de Magnus Poitier, pense qu’il est souhaitable de réglementer et d’encadrer la pratique, en particulier au niveau du partage sur les réseaux sociaux.

Un selfie funéraire aide-t-il à faire son deuil ?

De nos jours, la majorité des photos prises lors des funérailles terminent pour la plupart sur internet. La question du droit à l’image du défunt peut être posée. De plus aurait-il souhaité que sa dépouille soit affichée sur les réseaux sociaux ?

Josée Jacques, psychologue spécialisée dans le deuil pense qu’il faut laisser faire les proches uniquement si la photo est prise dans l’idée de faire le deuil et non de s’amuser. Tout est dans l’intention qu’a un individu au moment de la prise de la photo.

 

ban-oi-tarificateur

 

haut de page Revenir en haut de la page