Estimation du prix des obsèques dans votre ville calcul

Crémation, lorsqu’il faut disperser les cendres…

En trois décennies, la crémation s’est largement répandue. Présentée au départ comme plus économique qu’un enterrement classique, elle jouit d’une image plus romantique. Toutefois, la loi n’autorise pas (encore) la dispersion des cendres d’un disparu là où on le souhaite…

La jeune femme s’enfonce, dans un lac Argentin, le pantalon remonté jusqu’aux genoux, sa sœur, enceinte, à ses côtés. Dans sa main, elle tient son sac dans lequel elle transporte les cendres de ses parents qu’elle disperse ici pour respecter le souhait de sa mère. Cette dernière, lorsqu’elle était enfant, passait ses étés au beau milieu de la nature sauvage de Patagonie. Elle pensait qu’y retourner après sa mort pour boucler la boucle…sans imaginer le défi logistique que ses filles auraient à relever. 

Selon une étude réalisée en juillet 2012 par les services funéraires de la Ville de Paris, 59 % des personnes souhaitant être incinérées sont motivées par le fait de ne pas gêner et de ne pas être à la charge du monde de demain. Dans le détail, 35 % d’entre eux pensent ne pas déranger leur famille en optant pour cette option… Mais sans savoir le temps que leurs descendants passent à faire des recherches sur Internet à propos de la dispersion des cendres ou encore des urnes biodégradables. 

Jusqu’au milieu des années 70, la crémation n’a concerné que moins d’1 % des décès. Aujourd’hui, c’est 35 % et même 57 % des intentions des individus âgés de plus de 60 ans. Les professionnels des pompes funèbres prévoient même que cette proportion atteigne les 70 % en Europe du Nord. Mais, contrairement aux idées reçues, en France, on n’a pas le droit de disperser les cendres d’un défunt là où on le souhaite, même si on est propriétaire de l’endroit. En effet, il est interdit de disperser des cendres dans une propriété privée, sous motif que le propriétaire suivant n’a pas à en hériter, ainsi que sur la voie publique. Toutefois, ce n’est pas sanctionné par la loi.

En décembre 2008, une loi donnant un statut aux cendres a été promulguée. Grâce à celle-ci, le traitement des cendres est identique à celui des cercueils : de la même façon qu’on ne peut pas enterrer ses proches dans son jardin, on ne peut pas non plus garder leurs cendres sur la cheminée du salon.

Si vous souhaitez en savoir plus sur la crémation il vous suffit de cliquer ici 

 

ban-oi-tarificateur

 

haut de page Revenir en haut de la page