Deuil difficile, faire appel à une association ?

La perte d’un être cher est une épreuve qui ébranle profondément notre vie, notre identité et le sens de notre existence. Cette traversée du deuil peut nous faire ressentir une urgence de parole et de partage. Mais dans notre société il y a peu de place, peu de disponibilité pour cet échange. Au sein des associations, les bénévoles sont là pour vous accueillir et vous proposent, si vous le désirez, de vous exprimer en toute confidentialité au téléphone, en tête à tête ou en groupe.

Au cours de ces rencontres vous pouvez exprimer ce que le deuil vous fait vivre et découvrir des repères, établir des liens, créer des solidarités, autant de supports nécessaires pour baliser votre chemin de deuil.

Oser demander de l’aide

Aujourd’hui, de nombreuses associations laïques existent pour soutenir les personnes endeuillées et les aider à sortir de cette période de grande tristesse. Bien souvent, au bout de quelques mois, les proches se détournent des personnes en deuil car ils considèrent, à tort, que le processus de deuil est achevé. C’est à ce moment que l’on peut ressentir le besoin de se confier à un interlocuteur, afin de ne plus se sentir isolé et de se décharger du poids de sa souffrance.

vivre deuilLes associations dédiées au deuil, ou les groupes d’entraide, permettent alors d’accompagner les personnes endeuillées, en leur permettant de rencontrer d’autres personnes dans la même situation, en les écoutant et en favorisant l’échange d’impressions et de conseils. Le fait de parler en toute liberté des conditions du décès, de son propre ressenti et de l’impact de cette mort sur l’entourage, permet dans la majorité des cas d’alléger sa propre souffrance et de tourner la page sur cette épreuve.

Des associations adaptées

Au sein des associations dédiées au deuil, l’aide est dispensée par des bénévoles ou par des professionnels, selon les organismes. Internet permet de trouver des listes de ces associations, souvent spécialisées dans le type de deuil dont il est question (décès suite à un suicide, deuil périnatal concernant les bébés morts lors de la grossesse, de l’accouchement ou quelques jours après la naissance, mort d’un enfant, du conjoint…).

L’adhésion à ces associations est souvent gratuite ou requiert une somme modique (quelques dizaines d’euros) pour l’année. Différentes formes de prise en charge sont disponibles selon ce qui vous convient le mieux. Ainsi, vous pourrez choisir une aide individuelle via l’écoute téléphonique ou les entretiens individuels et l’aide collective, via les entretiens familiaux ou les groupes d’entraide.