Estimation du prix des obsèques dans votre ville

Le Deuil chez les Adolescents

Comme les enfants et les adultes, les adolescents vivent le deuil d’une façon toute particulière. Le décès d’un être estimé est un événement bouleversant. Dans tous les cas, il s’agit d’une expérience douloureuse qui est difficile et longue à surmonter.

Un deuil particulièrement difficile

Chaque deuil, quel que soit l’âge de la personne touchée, est unique et de nombreux éléments influencent son accomplissement, le rendant plus facile ou le compliquant.
Parmi ces éléments, la nature du lien et de la relation qui unissait l’adolescent et la personne disparue compte énormément.

 

Ainsi lorsque le jeune perd un de ses parents avec qui il était en conflit, ce qui est habituel à cet âge, il n’est pas rare qu’un important sentiment de culpabilité le torture.
Dans d’autres circonstances, tel le décès d’un copain, voire d’un(e) petit(e) ami(e), l’angoisse, la révolte et même la peur peuvent bloquer longtemps le processus de reconstruction du jeune.

 

En réalité, les manifestations du deuil des adolescents sont souvent paradoxales, comme peuvent l’être leurs comportements dans les circonstances plus quotidiennes.

Ils recherchent le soutien de leurs parents et, en même temps, ils le rejettent, furieux d’avoir encore besoin d’eux alors qu’ils voudraient tellement pouvoir voler de leurs propres ailes. Ils recherchent alors le soutien de leurs amis mais découvrent à leur contact qu’ils ne peuvent pas tout leur demander.

Face à ce constat difficile, des sentiments antagonistes naissent et leur peine s’exprime dans les larmes autant qu’elle se cache sous une indifférence apparente. Les expériences antérieures de deuil et les manières dont l’enfant d’hier les a vécues conditionnent incontestablement le travail du deuil de l’adolescent d’aujourd’hui.

Ainsi, chaque deuil et même chaque séparation peuvent être l’occasion pour le jeune enfant soit de se fortifier soit de s’affaiblir.

Comment l’aider à surmonter son deuil

Pour l’aider à surpasser sa peine, vous pouvez l’aider de plusieurs manières :

• Expliquez-lui la situation et les circonstances de la mort.

• Respectez sa façon de vivre son deuil, son besoin d’être seul ou avec ses amis.

• Offrez-lui votre écoute : « Si tu as envie de parler, je suis là, n’hésite pas. »

• N’insistez pas s’il ne veut pas parler, l’important, c’est qu’il sache qu’il peut compter sur vous.

• Partagez avec lui les souvenirs, suggérez-lui de faire une activité symbolique de séparation comme faire un montage de photos-souvenirs par exemple.

• Dites-lui comment vous vous sentez, qu’il n’y a pas de honte à pleurer, à avoir peur, que ça vous arrive aussi.

• Maintenez autant que possible les règles, les interdits, les heures d’entrées, de sorties.

• Encouragez-le à maintenir ses activités, à garder contact avec ses amis.

• Informez l’école de la situation.

Il est néanmoins possible que des réactions négatives s’intensifient, si c’est le cas, c’est signe qu’il éprouve de la difficulté à faire face au deuil et qu’il a besoin d’une aide professionnelle.

Par exemple, s’il dort mal, s’il fait des cauchemars fréquents, a une perte d’appétit ; si vous constatez qu’il se replis sur lui-même ou qu’il n’a plus goût à rien, n’hésitez surtout pas à consulter.

S’il éprouve un désintérêt marqué pour l’école, annonce vouloir se retrouver avec la personne disparue ou fait des allusions à de quelconques idées suicidaires, faire appel à un professionnel pourra vous aider à y voir plus clair.