Estimation du prix des obsèques dans votre ville calcul

Le don d'organes

La démarche qui consiste à faire don de ses organes est une décision qui se prend avant le décès par la personne concernée ou par la famille du défunt. Seule une mort cérébrale permet le don d’organes. Ce dernier est anonyme, gratuit et sans obligation particulière concernant l’âge. Mais la famille reste la seule décisionnaire : elle peut annuler le don même si le défunt était titulaire d’une carte de donneur.

Les conditions du don

La condition sine quanone est que la personne soit décédée de mort encéphalique (mort cérébrale). Cette mort représente moins d’1% des décès en France. Elle se caractérise par l’arrêt définitif et irrémédiable du cerveau.

Si la personne était consentante pour donner ses organes, la respiration est maintenue pendant quelques heures, le temps du prélèvement. Si la personne n’a pas manifesté ses volontés, la question sera posée aux familles.

A savoir – Il n’y a aucune limite d’âge pour le don d’organe, tout dépend de l’état des organes.  Aucune religion n’interdit cette pratique excepté la religion bouddhiste.


Qui décide ?

Tout membre de la famille peut prendre cette décision pourvu que tous soit d’accord. Mais c’est une question délicate à laquelle les familles répondent généralement « non » par peur et ignorance des volontés du défunt.

Cependant, si la personne défunte n’a pas manifesté clairement son refus dans le Registre National des Refus, elle est présumée être consentante.

C’est ce que l’on appelle le consentement présumé. Ce consentement n’implique en aucun cas le prélèvement automatique des organes sans le consentement de la famille.

A savoir – Il est également possible d’être inscrit au Registre National des Refus. Les organes les plus prélevés sont le cœur, les poumons, le foie, les reins, le pancréas, les os et la peau.


Comment cela se passe-t-il ?

Le prélèvement des organes se fait  dans les mêmes conditions qu’une opération classique. A la fin, le corps du défunt est rendu à la famille comme il l’était.

Également, il faut savoir que même si le défunt a une carte de donneur d’organes, cette carte n’a aucune valeur légale donc la famille sera tout de même interrogée sur la volonté du défunt. Le don d’organe se fait uniquement sur un patient décédé.

Aussi, l’identité du donneur et du receveur restent secrète pour les familles, il s’agit d’un don complètement anonyme. La famille du donneur ne peut pas non plus choisir son receveur, ce sont les premiers sur une liste d’attente qui recevront la greffe.


Sites Internet

  • Agence de Bio-médecine : http://www.dondorganes.fr
  • Fédération du Don d’Organes et de tissus humains : http://www.france-adot.org

haut de page Revenir en haut de la page