Tarifs et déroulement d'une crémation

Charles Simpson

Fondateur du site Obseques-Infos il y a plus de 5 ans et rédacteur pour la rubrique « organisation d’obsèques ». Il est constamment en relation avec les acteurs du funéraire.

Plus d'articles >

Entrant peu à peu dans les mœurs, la crémation (appelée également incinération par abus de langage) représente une alternative à l’inhumation. Par l’usage du feu, le corps est réduit en cendres. Ces dernières sont placées dans une urne qui peut être enterrée, mise en columbarium, ou dispersée selon les vœux du défunt ou de la famille. Le processus n’est cependant pas libre et est encadré par la loi. Quelles religions l’acceptent et l’interdisent ? Nous vous détaillons ici son déroulement ainsi que des tarifs en fonction des villes.

Définition et processus

A savoir

Le terme d’incinération est propre aux objets et s’effectue dans un incinérateur (comme par exemple, les déchets hospitaliers). La crémation nécessite l’autorisation du maire de la commune du lieu de décès.

La crémation est le fait de brûler le corps d’une personne défunte. Elle est spécifique aux humains et se fait un moyen d’un four spécifique se trouvant dans un crématorium. Elle ne se fait pas au moyen de flammes mais par l’intermédiaire d’un four chauffé à près de 900°C.

  • 1.
  • Le cercueil est introduit dans le four, le processus commence donc et durera environ 90 minutes.
  • Les familles sont amenées dans un salon situé dans le crématorium et dans lequel elles pourront discuter et se recueillir.
  • 2.
  • Une fois le processus d’incinération terminé, les cendres sont sublimées et placées dans un « cendrier ».
  • Celui-ci sera lui-même placé dans l’urne funéraire remis à la famille, comportant une plaque avec le nom et le prénom du défunt ainsi que le lieu de crémation.

Tarifs en 2015

Paris = 460 €, Marseille = 444,91 €, Lille = 412 €, Lyon = 382,84 €, Bordeaux = 507,40 €, Nantes = 500 €, Rennes = 498,05 €, Strasbourg = 380 €

Le prix d’une crémation varie fortement d’une ville à l’autre et d’une agence de pompes funèbres à un autre. Différents critères sont à prendre en compte, comme :

  • La taxe de crémation, qui est fixée et prélevée par la collectivité publique. Son montant est fixe.
  • Les frais facturés par l’agence de pompes funèbres (cercueil, transport, organisation des obsèques, fourniture de l’urne avec sa plaque d’identité etc.)
  • Les frais de crématorium propres à chaque établissement. En voici quelques-uns :

Angers (Montreuil Juigné) : 680€

Caen : 492€

Champigny-sur-Marne (94)  : 706€

Dijon : 446€

Lille Herlies et Wattrelos: 460€

Lille (Wattrelos) : 460€

Lyon : 510€

Marseille : 685€

Nanterre (92) : 637,15€

Nantes : 624€

Nice : 531€

Paris – Père Lachaise : 780€

Rennes (Monfort-sur-Meu) : 716€

Rennes (Vern-sur-Seiche) : 704€

Rouen : 616€

Toulon (Cuers) : 758€

Toulon (La Seyne-sur-Mer) : 700€

Toulouse (Cornebarrieu) : 734€

Tours (Esvres-sur-Indre) : 677€

Villetaneuse (93) : 724€

Pour obtenir les prix pratiqués d’une crémation dans votre ville, il vous suffit de faire votre demande gratuitement en remplissant le formulaire situé à droite.

 

Crémation et religions

Certaines religions interdisent la crémation, c’est le cas de l’islam et du judaïsme. Pour les musulmans, la mise en terre est en effet obligatoire et pour les juifs elle est considérée comme une attaque au corps.

Pour les catholiques, la position de l’Eglise est claire : il n’y a aucune indication contre la crémation. L’inhumation reste tout de même privilégiée par les pratiquants.

Enfin la majorité des bouddhistes optent pour la crémation du fait que le Bouddha historique se soit fait crématiser. Mais elle n’est pas une obligation.

Au sujet des fleurs : crémation ne signifie pas forcément obsèques sans bouquets ou couronnes. Tout comme lors de l’inhumation il est possible d’en déposer pendant la cérémonie (qu’elle soit civile ou religieuse), au crématorium, ou sur le lieu du dépôt de l’urne (jardin du souvenir, monument cinéraire ou columbarium).

La crémation implique naturellement que les familles soient certaines de leur choix. Egalement et tout comme l’inhumation, ce choix doit respecter plusieurs règles :

  • La dernière volonté du défunt, s’il l’a manifestée
  • Le choix de la famille au complet
  • L’avenir des cendres

Si le défunt n’a pas manifesté sa volonté et que la famille décide d’avoir recours à une crémation, il est important que toute la famille soit d’accord. En effet, l’absence de lieu physique de souvenir peut être perturbant dans le travail de deuil de certains si les cendres ne sont ni placées dans un columbarium ni inhumées.

Les cendres récoltées sont uniquement les cendres du défunt et non celles qu’aurait pu engendrer la combustion du cercueil. C’est pourquoi il est nécessaire d’utiliser un cercueil adapté, souvent moins cher car moins résistant, qui sera approprié à la crémation. Une fois la crémation effectuée, plusieurs options sont possibles concernant l’avenir des cendres :

  • La dispersion des cendres dans la nature (mer, forêt…) sous autorisation de la commune du lieu de naissance du défunt
  • La dispersion des cendres dans les Jardins du Souvenir, parcelle de terrain prévue à cet effet dans les cimetières
  • L’inhumation de l’urne funéraire dans un caveau familiale par exemple
  • La mise en colombarium : endroit situé dans un cimetière dans lequel on peut placer l’urne funéraire d’un proche défunt dans une niche

Les cendres et l’urne qui les accompagnent ont un statut juridique particulier puisqu’elles sont considérées comme une copropriété familiale, inviolable et sacrée. Egalement, lorsque le défunt portait une orthèse ou une prothèse, celles ci sont récupérées et recyclées.

Les lieux de dispersion interdits

  • Routes
  • Fleuves
  • Rivières

A noterPour une dispersion en mer, l’autorisation du maire doit être complétée au respect de la loi maritime et la dispersion doit se faire à plus de 300 mètres des côtes.

Depuis 2008, il est interdit de conserver une urne funéraire chez soi ou dans le domicile d’un particulier. Il est également possible de transférer une urne funéraire dans un autre pays (généralement le pays d’origine du défunt).

Il existe environ 200 crématoriums en France, gérés par les différentes communes et villes. Dans le cadre d’obsèques, ces derniers sont contactés par l’agence de pompes funèbres qui organise les funérailles.

Transport des cendres

Pour cela, il faut vous munir de l’acte de décès et d’une autorisation de la Préfecture de Police permettant le transport à l’étranger. Pour un transfert en avion, certaines compagnies peuvent accepter l’urne en tant que bagage à main et d’autres, refuser. Il faut donc se renseigner auprès de la compagnie aérienne mais un emballage adéquat est toutefois souhaité.

Cet article fait partie du dossier Pendant les funérailles

haut de page Revenir en haut de la page

COMPAREZ les tarifs d'une crémation dans votre ville !

  • >> Gratuit et sans engagement
  • >> Vos devis par email

* champ obligatoire

confidentialite devis obseques Confidentialité des données

Articles les plus lus

Devis obsèques Gratuit et sans engagement
Devis par email
Cliquez ici