Estimation du prix des obsèques dans votre ville

Commémorer un décès : messe d'anniversaire, cérémonie d'hommage

Charles Simpson

Fondateur du site Obseques-Infos il y a plus de 5 ans et rédacteur pour la rubrique « organisation d’obsèques ». Il est constamment en relation avec les acteurs du funéraire.

Plus d'articles >

Les funérailles constituent généralement la dernière occasion pour dire adieu à une personne décédée qui vous est chère. Ainsi, toute la famille et amis se réunissent pour ce moment douloureux. Pourtant, même plusieurs années après l’enterrement, il est toujours possible de commémorer le décès d’un être cher. En effet, le deuil ne se termine pas le jour des obsèques. Il est possible de rendre hommage au défunt en organisant par exemple une messe lors de chaque date d’anniversaire de décès. Obsèques Infos vous en dit plus sur l’organisation et les différents rituels.

Pourquoi organiser une cérémonie d’hommage

Le deuil se fait progressivement. Cette rencontre deviendra un plaisir et vous permettra de partager des souvenirs positifs avec vos proches ou vos amis. Les personnes présentes se concentreront davantage sur la personnalité du défunt que sur la douleur qu’elles ont éprouvée au moment du décès.

Puis, comme les funérailles se déroulent souvent à la dernière minute, certaines personnes n’ont peut-être pas pu faire le déplacement. Ainsi, cette commémoration leur permettra de rendre hommage au défunt. Des discours pourront être lus pour évoquer des souvenirs mémorables en privilégiant les aspects positifs. Des photos ou des vidéos seront les bienvenues pour partager les plus beaux souvenirs.

Qui peut l’organiser  et comment ?

Tout membre de la famille ou proche du défunt ayant le besoin de se recueillir peut prendre l’initiative d’organiser ce type d’hommage. Concernant les invitations, un faire-part peut-être directement envoyé ou publié via le système d’avis de décès classique dans la presse.

S’il s’agit d’une messe, il faut bien entendu se mettre en relation avec le prêtre ou la paroisse. Vous pouvez également vous appuyer sur une société de pompes funèbres : celle qui a organisé les obsèques ou une autre. Elle sera en mesure de vous conseiller pour cet hommage, qu’il soit civil ou religieux.

Où l’organiser ?

À l’occasion d’un anniversaire, vous pourrez vous recueillir au cimetière si le défunt y a été inhumé ou sur le lieu de dispersion des cendres dans le cas d’une crémation. Souvent, à la Toussaint, les crématoriums organisent des cérémonies du souvenir pour les personnes décédées dans l’année.

Si le défunt ou ses proches sont croyants, une messe peut aussi lui être dédiée et il est également possible d’organiser une collation avec un peu de nourriture, des boissons, de la musique et même des vidéos qui contribueront à rendre hommage à la personne décédée dans une atmosphère discrète. Vous pourrez partager vos souvenirs, mais aussi votre chagrin.

L’organisation de cet événement se fera généralement à une date importante qui sera soit la date de décès, de naissance ou de mariage.

Zoom sur la messe d’anniversaire

Le catholicisme entretient le souvenir du défunt et c’est le prêtre qui fait mémoire des défunts. Une messe peut être consacrée pour une personne en particulier. On distingue trois types de messe : le 1er dimanche après les obsèques (huitaine), un mois après (trentaine) et un an après (messe d’anniversaire).

Il y a ensuite le jour de la Toussaint pendant les proches peuvent aller se recueillir au cimetière et y déposer des fleurs ou plantes.

Autres religions

Seul le protestantisme ne se soucie pas de la destinée dans l’au-delà. Cela n’empêche pas certains pasteurs de prononcer un message en l’hommage d’une personne décédée ; notamment pendant le culte qui suit les obsèques.

Pour les musulmans, le 40ème jour après les décès est synonyme de rassemblement des proches. On y lit quelques passages du Coran et l’on se réunit autour d’un repas. En savoir plus.

Pour les juifs, les 7ème (shiva) et 30ème jour (shloshim) sont importants tout comme le 11ème mois. Dans le judaïsme, ces pensées permettent de racheter les éventuelles fautes des défunts. On rend hommage aussi au parent décédé lors de sa date d’anniversaire de décès. En savoir plus.

L’organisation d’une commémoration se fait en fonction de certains critères

Si la commémoration a lieu régulièrement, vous prévoirez un endroit sympathique, la possibilité de se restaurer, la liste des invités, des discours ou des documents rappelant la mémoire du défunt.

Le lieu de commémoration sera au choix : une maison, un restaurant, un bar. Vous pourrez déguster vos plats préférés à cette occasion dans une atmosphère plaisante et détendue.

Si le cœur vous en dit, plusieurs commémorations sont possibles toute l’année. À vous de voir à quel moment vous préférez vous recueillir sur la tombe du défunt pour y déposer un bouquet de fleurs et ensuite partager vos souvenirs autour d’un repas.

 

Cet article fait partie du dossier Après les obsèques

haut de page Revenir en haut de la page