Estimation du prix des obsèques dans votre ville calcul

Les principaux éléments à savoir sur le crématorium

Le crématorium est avant tout un lieu où l’on incinère les défunts. La crémation se fait par le biais d’un four à crémation chauffé à près de 900°.

Aujourd’hui, sa fonction a évolué puisque les familles sont accueillies par les personnes en charge afin de leur proposer de se recueillir et de rendre un dernier hommage à leur proche disparu. Ce sont les pompes funèbres qui, dans le cadre de l’organisation des obsèques contactent pour la famille le crématorium.

La crémation

cremationLe terme ‘crémation’ peut facilement se comprendre si on retourne à ses origines, ce terme trouve ses racines dans le mot latin ‘cremare’, qui veut dire brûler. Ce procédé funéraire vise à réduire en cendres le corps d’une personne décédée après l’avoir brûlé. La crémation se fait dans le respect du corps humain. Le défunt est placé dans un cercueil que l’on introduit dans un four chauffé à très haute température. Le corps passe de l’état solide à l’état gazeux, les cendres récupérées sont ensuite broyées puis déposées dans une urne cinéraire.

Le déroulement

  • La famille est reçue au crématorium et accompagnée dans un salon où elle pourra se recueillir et discuter le temps de la crémation.
  • La crémation dure environ 90 minutes pendant lesquelles il est possible pour la famille d’assister à celle-ci si elle le désire via une retransmission vidéo.
  • Une fois l’incinération terminée, les cendres du défunt sont récupérées et sublimées puis mises dans un « cendrier ». Celui-ci est ensuite placé dans l’urne qui est remise à la famille. L’urne cinéraire comporte des informations relatives au défunt comme son nom et son prénom ou encore le lieu de la crémation. C’est à la famille de se charger du devenir des cendres en respectant les dernières volontés du défunt.

Le devenir des cendres

devenir des cendresLa loi a récemment fait évoluer les choses sur le devenir des cendres. Ces dernières peuvent être conservées ou dispersées. Il est complètement interdit de conserver les cendres du défunt chez soi, il existe des espaces publics prévus à cet effet, concernant la dispersion des cendres, la loi offre assez de libertés sur ce point.

  • Dispersion des cendres : les cendres peuvent être dispersées directement dans la nature (forêt, cours d’eau par exemple) dans l’espace public. Les voies publiques (routes) et lieux privés sont interdits (un jardin privé par exemple). Les jardins du souvenir sont des lieux qui ont créés à proximité des crématoriums ou dans les cimetières pour recueillir les cendres.
  • Conservation des cendres : Là encore, il est interdit de conserver les cendres chez soi. Plusieurs possibilités existent : l’urne peut être déposée dans une case d’un columbarium accompagnée d’une plaque commémorative. L’urne peut aussi être directement scellée sur un monument funéraire ou encore inhumée.

En cas d’indécision, il est possible de conserver l’urne cinéraire pendant une année au crématorium afin de mieux réfléchir au devenir des cendres.

Les formalités administratives à suivre

formalités crémationQue vous souhaitiez disperser des cendres ou les inhumer, vous devez respecter certaines obligations. L’autorisation du maire est toujours obligatoire.

Si vous choisissez de ne pas déposer les cendres dans un cimetière, vous devez tout de même faire une déclaration auprès du maire de la commune du lieu de naissance du disparu afin de mettre à jour son acte de naissance.

Si l’urne est inhumée dans un lieu privé, il vous faut obtenir une autorisation préfectorale. Il est obligatoire que les proches du défunt puissent accéder à ce lieu pour pouvoir se recueillir.

Si vous souhaitez disperser les cendres en pleine nature et que le lieu est accessible au public, vous devez recueillir le consentement du propriétaire du terrain, pour disperser les cendres dans la mer, vous avez besoin, au préalable, de faire une déclaration à la mairie du port du bateau.


Quelques éléments à savoir

  • L’urne ne contient que les cendres du défunt et non celles du cercueil qui est prévu à cet effet.
  • Pour procéder à une crémation, il est impératif d’avoir l’autorisation du maire de la commune du lieu du décès.
  • Lors de la crémation, il y a un rejet dans l’atmosphère de mercure, dioxine, plomb et autres substances nocives. C’est pourquoi, d’ici 2018 tous les crématoriums français devront être équipés de filtre (arrêté de janvier 2010).

Combien ça coûte ?

Voici quelques exemple à titre indicatif

  • Paris – 497  €
  • Nantes – 516,86 €
  • Marseille – 507,19 €
  • Auxerre – 481 €

haut de page Revenir en haut de la page

Devis crémation Gratuit et sans engagement
Devis par email
Cliquez ici