Estimation du prix des obsèques dans votre ville calcul

Sociétés funèbres et rite islamique

Dans les pays arabes, les obsèques sont régies par l’islam. lors des funérailles islamiques, on obéit aux règles imposées par le Coran. La religion musulmane oblige de nombreux rites funéraires. Les rituels islamiques aident le mort à rejoindre l’au-delà dans les meilleures conditions possibles.

Le récit de la sourate Yassin (Coran, S.36) s’impose une fois que le corps vient à son terme. La profession de foi doit être faite dans l’oreille du mourant et ce, sans cri, ni sans instance particulière.

Une fois qu’une personne décède, la famille a la possibilité d’entrer en contact avec des opérateurs funérailles pour l’organisation des obsèques musulmanes.
En France, il existe plusieurs entreprises de pompes funèbres musulmanes, notamment en Ile-de-France où on en dénombre 10 au minimum.

 

Services des pompes funèbres musulmanes

Les pompes funèbres sont un service dédié à la prise en charge de l’organisation des obsèques d’un défunt.
Rattaché au mot islamique ou musulman, ce terme signifie que tout l’office s’organisera selon les règles du Coran ou de l’islam.
Les pompes funèbres musulmanes prennent en charge les formalités administratives et mettent tout en jeu pour prendre en considération les besoins de la famille ainsi que les rites destinés aux funérailles islamiques.

Le service des pompes funèbres islamiques, agit dans le strict respect des règles imposées par la loi musulmane. Il propose des opérations funéraires, basées sur le respect des sources islamiques traditionnelles et sur les textes sacrés de l’Islam.

Les agences de France suivent généralement à la lettre les ouvrages consacrés aux rites funéraires musulmans. C’est le cas notamment de la société Elamen présente à Paris et Lille. Elles ont aussi pour objectif d’éviter des pratiques innovantes, qui vont à l’encontre des rites traditionnels.

Les pompes funèbres musulmanes peuvent prendre en charge : l’inhumation en France dans les carrés musulmans présents dans les cimetières ; le rapatriement du défunt dans le pays d’origine souhaité…

En effet, dans certains pays musulmans, on inhume un corps à l’endroit où son cordon ombilical est enterré, autrement dit dans son pays natal. 80% de musulmans en France sont rapatriés dans leur terre natale.
Pour alléger et soulager les familles éprouvées, une agence de pompes funèbres peut prendre en charge le transport du défunt. Toutefois, la principale difficulté des pompes funèbres de France réside dans le fait d’adapter les exigences de la religion musulmane avec la législation funéraire française.

Dans le cadre d’un rapatriement, de nombreuses formalités entrent en jeu. Il s’agit notamment du certificat de décès ; attestation d’une non-épidémie ; l’autorisation de cercueil octroyé par un préfet exerçant dans le département du lieu de décès ; sans oublier la demande d’expatriation de la famille.

 

Le rite islamique

Les obsèques musulmanes s’organisent en plusieurs étapes : le lavage du corps du défunt, l’embaumement accompagné de prières, le corps du défunt est alors recouvert d’un tissu blanc appelé « linceul ». Lors de l’ultime étape (la mise en terre), le corps du défunt est orienté vers La Mecque.

La préparation du corps

Cette première étape consiste en la toilette rituelle du défunt. Dans le cadre de cette pratique, on applique des petites et grandes ablutions sur le corps pour une préparation à la prière ; et tout ceci dans la pudeur. Le lavage se fait sous un drap. Les parties intimes du défunt doivent être entièrement couvertes. Un minimum de deux hommes ou de deux femmes, selon le sexe du défunt, doit être présent pour le lavage. Comme pour dire que l’intimité de l’homme est observée par les hommes et celle des femmes par les femmes.

Chez une femme décédée en particulier, on regroupe les cheveux en trois tresses.
Jusqu’à l’âge de 7 ans, un enfant de tout sexe peut être lavé par un homme ou une femme. Un époux peut réaliser le lavage rituel de sa femme et inversement. Cela va de soi, l’intervenant devra être connu pour ses nombreuses vertus.
Après avoir séché le corps, on le parfume à l’aide des produits naturels et on l’enveloppe par un drap blanc traditionnellement appelé linceul.

La prière

L’enterrement musulman commence par la sortie du corps de son domicile. Quatre hommes emmènent la civière au cimetière ou à la mosquée. Si le défunt enrobé de draps blancs est transporté à la mosquée, une prière y sera conduite par l’imam.

Au cours de la brève cérémonie religieuse, l’assistance reste debout, sans toutefois effectuer un mouvement de génuflexion, que ce soit à la mosquée ou au cimetière.

Si le corps est directement conduit au cimetière pour l’inhumation, une prière nommée Shashada (il n’y a de Dieu que Dieu et Mouhammad est son prophète) sera récitée par le cortège.

L’enterrement

Pour la mise en bière, on place le mort du côté droit avec un visage orienté vers La Mecque. Il est cependant, interdit aux femmes de s’approcher de la tombe. C’est après la mise en terre que celles-ci peuvent se recueillir près de la tombe. De plus, nul besoin d’offrir des fleurs à la famille du défunt, cela est proscrit.

 

Démarches administratives liées aux opérations funéraires musulmanes

L’inhumation doit normalement avoir lieu dans les 24 heures qui suivent le décès. Or, la loi française exige que l’inhumation ait lieu 24h après le constat du décès. Ainsi, les inhumations musulmanes qui ont lieu en France se font généralement dans un délai de 2 à 6 jours.
Les pompes funèbres musulmanes peuvent cependant obtenir certaines dérogations par le préfet du lieu d’inhumation.

Il faut savoir qu’elles ne prennent pas en charge les éventuelles demandes de crémation ; cette pratique étant interdite par le rite musulman. Le cercueil est quant à lui est obligatoire en France, ce qui n’est pas le cas dans les pays musulmans où les défunts sont inhumés directement dans le sol. Les cercueils utilisés pour les obsèques musulmanes en France sont donc très simples et légers afin d’accélérer leur décomposition.

Les démarches à effectuer après un décès, restent les mêmes que pour des obsèques catholiques ou juives ; récupération du certificat de décès et auprès du médecin puis de l’acte de décès auprès de la mairie concernée.

Dans le cas d’un rapatriement à l’étranger, le corps est alors transféré du lieu de décès à l’aéroport avec au préalable l’autorisation du maire de la commune concernée. Les pompes funèbres musulmanes peuvent prendre en charge ces démarches administratives au nom de la famille.

Cet article fait partie du dossier Pendant les funérailles

haut de page Revenir en haut de la page

Charles Simpson

Fondateur du site Obseques-Infos depuis 8 ans et continuellement en relation avec les acteurs du funéraire, Charles Simpson est également rédacteur de la rubrique “organisation d’obsèques.”