Estimation du prix des obsèques dans votre ville calcul

Un concours national de crémation en Chine

À cause d’importants problèmes de place dans les cimetières chinois, le gouvernement a décidé d’organiser un concours afin de promouvoir la crémation en tant que technique d’inhumation.

Un concours pour attirer de nouveaux employés

À l’occasion d’un tournoi national, cinquante crémateurs chinois se sont affrontés au cours de différentes épreuves. Parmi elles, il y avait la façon de préparer le fourneau, l’attention des employés lors de la réception puis de la crémation du corps, le maintien de l’équipement, ou encore la manière de collecter les cendres.

Le but de ce concours était de redorer l’image d’un métier en pénurie de candidats.

Les vainqueurs de ce concours, issus de Pékin et de Nanchang, vont ensuite affronter les vainqueurs d’autres concours en rapport avec les métiers du service tels que des infirmiers ou des interprètes en langage des signes.

Le grand gagnant obtiendra une médaille, remise par la fédération des syndicats chinois.

L’enterrement reste le principal mode d’inhumation

Les Chinois préfèrent, aujourd’hui, l’enterrement dans une tombe individuelle.

Cela dit, le gouvernement souhaite encourager son peuple à opter pour l’incinération comme mode d’inhumation car il manque de plus en plus de place dans les cimetières de certaines villes comme, par exemple, Pékin. Les prix des caveaux sont donc de plus en plus élevés.

Dans certaines provinces, le gouvernement a instauré des quotas de crémation, mais cela pose un vrai problème aux populations de traditions taoïstes et confucéennes. Pour eux, détruire le corps du défunt signifie détruire sa mémoire et son lien avec la famille.

Dans la province de l’Anhui, lorsque la décision d’imposer la crémation comme seule technique d’inhumation possible a été annoncée, plusieurs personnes âgées se sont donnée la mort avant que le décret ne soit effectif.

Pour en savoir plus sur la crémation en France, cliquez-ici.

 

ban-oi-tarificateur

 

haut de page Revenir en haut de la page